Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 09:38

Unilever a violé le Code du travail »

14-09-2012

Une présence de vigiles sur le site de plus en plus insupportable. dr
Une présence de vigiles sur le site de plus en plus insupportable. dr
Deux salariés de Fralib étaient jeudi devant le tribunal d’Aubagne pour répondre d’événements survenus le 7 novembre 2011 sur le site de Gémenos. Leurs avocats plaident la responsabilité de la direction. 

Une fois de plus, deux salariés en lutte de Fralib se sont retrouvés jeudi sur les bancs des tribunaux, En l’occurrence, le tribunal de police d’Aubagne, où comparaissaient Omar Damani et Jean-Patrick Ventino pour « violence sur vigiles ». L’affaire remonte au premières heures de la matinée du 7 novembre 2011. A l’heure où Angel Llovera, directeur de Fralib a fait appel à une escouade de vigiles pour interdire l’accès au site aux salariés. Des vigiles tout neufs, si l’on peut dire, et totalement inconnus du personnel. Normal, ils avaient été fraîchement embauchés par le directeur du site de Gémenos à cet effet : ne plus autoriser les salariés, y compris leurs représentants à avoir accès aux locaux syndicaux. C’était mal apprécier la détermination de celles et ceux qui luttent depuis plus de deux ans pour la sauvegarde de leur activité et de leur emploi.


Purement et simplement
de la provocation


Empêcher ainsi les salariés de pénétrer dans l’enceinte d’une usine qui, abandonnée par sa direction, devrait après tout leur appartenir, c’était mission impossible. Et une courte échauffourée a suffi pour que les grilles finissent par s’ouvrir à ces femmes et ces hommes méprisés par Unilever. Bien sûr, quelques coups sont partis dont l’une des salariés portait les marques, une autre, profondément choquée ayant dû être conduite vers l’hôpital. Trois vigiles se sont plaints de violence à leur égard, avec des déclarations aussi fantaisistes que contradictoires.
    Passée l’énumération des faits par la présidente du tribunal, il restait aux avocats à entrer dans le vif du sujet. Et à cet égard, même le défenseur de l’un des vigiles de la société Escort Sécurité, n’a pu que faire état du contexte des événements. «Une logique gestionnaire contre une logique militante», affirmait-t-il, tout en appelant à l’apaisement.
    Une manière subtile d’éviter le vrai débat. Celui des responsabilités réelles d’Unilever et de ses représentants locaux. Amine Ghenim et Dany Cohen, qui défendent les salariés depuis le début de leur conflit avec la direction, sont tour à tour rentrés dans le vif du sujet.  Reprenant au vol une question du procureur : celle de savoir qui avait donné l’ordre et à quel moment d’interdire l’accès de l’entreprise aux salariés ? En toute illégalité, puisque cela représente une violation du droit du travail, «la direction étant tenue par celui-ci d’informer le Comité d’établissement et le CHSCT» de la mise en place d’un nouveau filtrage. Le fonds du problème, dans un climat déjà tendu.


Unilever se croit au-dessus
des lois


    Pour leur part, les salariés ont maintes et maintes fois subis les actes d’une direction qui, au moment des faits, se sentait parfaitement soutenue par le pouvoir en place. Mais de l’eau a coulé sous les ponts depuis le mois de novembre 2011 et sont apparues au grand jour toutes les complicités entre la direction d’Unilever et les représentants du gouvernement Sarkozy, à commencer par les interventions de Xavier Bertrand auprès de la Dirrecte. Quasiment pris la main dans le sac, celui-ci ne s’est toujours pas expliqué à ce sujet. Pour Omar Damani et Jean-Patrick Ventino, la relaxe s’impose. Mais, bien au-delà, ce sont aux méthodes d’une multinationale qui se croit au-dessus des lois qu’il importe de mettre fin. Définitivement

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cgt.fralibvivra.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : cgt.fralibvivra.over-blog.com
  • Contact

Contact SCOP-TI

 

Gérard CAZORLA :

email : gerard.cazorla@scop-ti.com Tel : 0688586127 ou 0442325304

Marc Decugis :

email : marc.decugis@scop-ti.com  Tel : 0666556115

Olivier Leberquier :

email : olivier.leberquier@scop-ti.com Tel : 0688167736 ou 0442325361

Recherche

Film des Fralib en vente pour la solidarité

pot de thé

Comité national de soutien des Fralib

Sans titre-1 copie

Clic sur l'image

 

comitedesoutienfralibvivra@fnafcgt.fr

Adresse postale :

- BOURSE DU TRAVAIL 
- Force et bon thé  
- cours Beaumont 13 400 AUBAGNE

- CCP n°1984975w029 - 

IBAN : FR03 2004 1010 0819 8497 5w02 969

- BIC:PSSTFRPPMAR

Une solution alternative

ELEPHANT 
COMITE D'ENTREPRISE FRALIB GEMENOS
CGT-CFE/CGC

ETUDE ECONOMIQUE, POUR UNE SOLUTION ALTERNATIVE,
INITIE AVEC L'AIDE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES,

Synthèse du Rapport d'étape.

 

La décision de fermer notre site est un scandale.

 

Le site est rentable, les conditions existent pour poursuivre une activité, et maintenir nos emplois.

 


 

 

clic ici pour lire l'article

 

 

Affiche Boycott Lipton

LIPTON-FRALIB