Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 08:33

SCOP T.I C’EST PARTI

 

 

COMMUNIQUE DES SYNDICATS

CGT CFE/CGC FRALIB,

ELUS ET REPRESENTANTS AU COMITE D’ENTREPRISE FRALIB GEMENOS 

 

UNILEVER SE MOQUE DE LA JUSTICE DE NOTRE PAYS

ET MENACE LES SALARIES

                  PENDANT COMBIEN DE TEMPS ENCORE ?



  Alors que la justice de notre pays vient de dire pour la troisième fois que la procédure conduite était irrégulière, que le PSE présenté était nul, et par conséquent aussi les licenciements intervenus, voici qu’UNILEVER et FRALIB récidivent en refusant d’appliquer la décision rendue, invitant les salariés à saisir le Conseil des Prud’hommes pour être indemnisés et les menaçant de ne plus leur verser de rémunération.

 

 

En effet, le 22 mars courant, la Société FRALIB a publié un communiqué de presse dans lequel elle indique ce qui suit :

« 1 an après la fin de la procédure, 9 mois après la validation du plan social par le TGI de Marseille, 8 mois après les premiers licenciements et 6 mois après la fermeture définitive du site, la Cour d’Appel d’Aix-en-Provence, statuant en référé, a annulé la procédure.

Dans ce cas précis où le site est fermé, l’article L 1235-11 du Code du Travail prévoit que le juge octroie aux salariés une indemnité à la charge de l’employeur.

En conséquence, nous avons demandé à nos avocats de contacter les salariés licenciés pour mettre en oeuvre cette indemnisation devant le Conseil de Prud’hommes dans les meilleurs délais. ».

 

L’avocat de la Société FRALIB a pour sa part adressé aux salariés un courrier aux termes duquel il indique ce qui suit :



« […] L’annulation du plan de sauvegarde de l’emploi a mis un terme de façon automatique à votre congé de reclassement. Celui-ci a donc pris fin à compter de la signification de l’arrêt de la Cour d’appel d’Aix en Provence à la société Fralib, soit le 21 mars.



Afin de ne pas vous priver brutalement de ressources, la société Fralib vous propose de continuer de vous verser chaque mois, un montant brut correspondant à celui qui aurait été versé dans le cadre du congé de reclassement, si le plan de sauvegarde de l’emploi n’avait pas été annulé et ce pour la durée du congé restant à courir.

  

Nous vous demandons de nous retourner avant le 3 avril 2013 (date de la poste faisant foi) à l’adresse de notre Cabinet le coupon réponse ci-joint. A défaut de réponse dans ce délai, Fralib considérera que vous n’acceptez pas cette proposition et ne procèdera plus à aucun versement à compter du mois d’avril. […]

  

Par ailleurs, Fralib ayant cessé toute activité sur le site de Gémenos depuis plus de 6 mois, votre réintégration est devenue matériellement impossible. La seule voie ouverte est donc celle de l’indemnisation. […] ».

 

Ces démarches de la Société FRALIB et du Groupe UNILEVER sont absolument scandaleuses et inacceptables.



Le Groupe UNILEVER et la Société FRALIB bravent une nouvelle fois les lois de la République et tentent de les détourner, alors même qu’ils viennent d’être condamnés pour ce même motif par la Cour d’Appel d’Aix-en-Provence.


L’interview accordée ce jour par Monsieur FAURE, Président de la Société FRALIB, marque toute la gêne du Groupe UNILEVER et l’incohérence de sa démarche.

En effet, en même temps qu’il considère que les salariés ne sont plus à son service et qu’il n’entend plus les rémunérer, les invitant à saisir le Conseil de Prud’hommes pour être indemnisés, il déclare au même moment et par la voix de Monsieur FAURE qu’il « …faudra bien un jour faire une procédure… » !

  

Les salariés de la Société FRALIB n’entendent pas se plier à ces pressions et à ce véritable chantage.

  

Ils sont déterminés à mener toutes les actions aussi bien au plan politique que syndical et judiciaire, pour que les lois de la République et les décisions de justice soient appliquées, et pour que le Groupe UNILEVER et la Société FRALIB assument véritablement leurs responsabilités face à leur oeuvre de destruction de l’emploi et du potentiel industriel.

  

Contrairement à ce qu’ils soutiennent, l’activité peut être reprise à tout moment ; les salariés ont su préserver leur outil de production.

  

FRALIB et UNILEVER n’ont jamais été propriétaires des bâtiments de l’usine.

La communauté urbaine de Marseille, aujourd’hui propriétaire du site et des équipements, avait déjà annoncé sa disponibilité à les remettre à la disposition de toute activité de production de thés et infusions.

  

Dans ces conditions, la Société FRALIB ne peut se cacher derrière l’argument fallacieux lié à une impossibilité de reprise de l’activité sur le site et à la réintégration des salariés.

  

Les pouvoirs publics doivent aussi maintenant et enfin prendre leurs responsabilités.

  

Tous ceux qui ont apporté aux salariés leur soutien doivent exiger qu’UNILEVER d’appliquer les décisions de justice et que cessent le chantage et les menaces ignobles dont sont victimes les salariés.

Il faut que soient créées les conditions d’une véritable négociation en vue de la mise en oeuvre du projet alternatif de SCOP des salariés, avec notamment la cession par le G
roupe UNILEVER et la Société FRALIB de la marque Eléphant, de volumes de production et autres moyens nécessaires à sa réalisation.

Gémenos le 28 mars 2013

 bg header3 r1 c1

 

 

 

 

Encore et toujours:

continuons le Boycott de LIPTON !  

ET DE TOUTES LES MARQUES DU GROUPE UNILEVER !!!

NOUS NE LAISSERONS PAS PARTIR LE THE DE L’ELEPHANT DE PROVENCE

Le thé de l’Eléphant est né  il y a  120 ans à MARSEILLE,

L’Eléphant est Français, en Provence il doit rester.

Repost 0
Published by cgt.fralibvivra.over-blog.com
commenter cet article
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 20:49

SCOP T.I C’EST PARTI

Nous sommes de retour du 50ème Congrès de la CGT à TOULOUSE.

Nous y avons reçu un accueil chaleureux et énormément de soutien à notre lutte.

 

Nous avons également participé aux travaux du congrès et dans ce cadre, notre intervention a été saluée par des applaudissements chaleureux des 977 délégués debout !!

 

Une belle reconnaissance de notre lutte par le 50ème congrès de la CGT !! Les salariés de Fralib en lutte depuis 910 jours en sont très touchés.

 Voir la vidéo : http://aful.cgt.fr/aful/stream/stream.php?whoami=XsHjj89aqklJ

 

Cliquer sur 50ème CONGRES, puis à gauche de l’écran, faire défiler les jours avec la petite flèche en bas ; Aller sur mardi 19 mars– séance 3 – Partie 1 du document d’orientation

La vidéo commence à 27 Min 55.

 

 

 

Sans-titre-1-copie-copie-5.jpg 

Vendredi dernier, la direction de Fralib par l’intermédiaire de son Président Fréderic FAURE, sortait de son mutisme dans lequel il s’était retranché depuis la dernière décision de justice annulant l’ensemble des licenciements (voir sa déclaration sans-titre)

Dès samedi matin, les salariés recevaient des courriers en provenance des avocats de Fralib et du Groupe UNILEVER !!!

Courrier scandaleux dont le contenu a pour but d’exercer un chantage odieux envers les salariés en lutte pour le maintien de l’activité industrielle et leurs emplois (voir l’article de La Marseillaise d’aujourd’hui).bg header3 r1 c1

 

Nous joignons également le courrier reçu par le Député PS du Nord Pas de Calais Philippe KEMEL.sans-titre

 

 

  le monde   logo-copie-1     Article Le Peuple sans-titre    

 

 

Encore et toujours :

continuons le Boycott de LIPTON !

ET DE TOUTES LES MARQUES DU GROUPE UNILEVER !!!

NOUS NE LAISSERONS PAS PARTIR LE THE DE L’ELEPHANT DE PROVENCE

Le thé de l’Eléphant est né il y a 120 ans à MARSEILLE,

L’Eléphant est Français, en Provence il doit rester.

Repost 0
Published by cgt.fralibvivra.over-blog.com
commenter cet article
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 10:51

SCOP T.I C’EST PARTI

 

 

 le communiqué de presse de l’Intersyndicale du Siège UNILEVER France :

"UNILEVER France annonce un Plan de Réorganisation supprimant 152 postes (87 Cadres et 65 Agents de Maîtrise) , soit 12% de ses effectifs (1230 salariés) au siège d'UNILEVER France à RUEIL MALMAISON et dans les Ventes.

Le Groupe UNILEVER Monde a pourtant annoncé d'excellents résultats en 2012, salués par la Bourse (valeur de l'action : +80% en 1 an).

La France elle-même a vu ses ventes augmenter de 3,5% en 2012, et caracole en tête des Pays Européens pour la croissance de ses ventes depuis 3 ans.

Il s'agit du 8è Plan Social à UNILEVER France depuis 2005 , qui ont conduit à diviser par 2 ses effectifs depuis cette date"  

 

Cela fait bientôt 900 jours que les salariés de FRALIB luttent pour les arrêter, qui veut se joindre à nous pour y arriver ???

 

 le courrier du Sénateur PS de l'Aude Roland COURTEAU.sans-titre

 

Encore et toujours :

continuons le Boycott de LIPTON !  

ET DE TOUTES LES MARQUES DU GROUPE UNILEVER !!!

NOUS NE LAISSERONS PAS PARTIR LE THE DE L’ELEPHANT DE PROVENCE

Le thé de l’Eléphant est né  il y a  120 ans à MARSEILLE,

L’Eléphant est Français, en Provence il doit rester.

 

logo france2 le 20h00 de France 2  à partir de 14 :19 « Des ouvriers en colère »  bg header3 r1 c1





Repost 0
Published by cgt.fralibvivra.over-blog.com
commenter cet article
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 20:02

LES FRALIBS POURSUIVENT LEUR LUTTE AVEC DETERMINATION

Le juge départiteur du conseil des prud’hommes de MARSEILLE, statuant en référé a rendu ce jour sa décision dans l’affaire des douze salariés protégés, à qui la direction a retenu injustement les salaires de mai à septembre 2012. UNILEVER nous considérait en grève, alors qu’aucune activité n’avait repris sur notre site depuis juillet 2011.

Il a renvoyé les parties au fond, estimant qu’il ne pouvait pas statuer en référé.

Les salariés concernés déposeront dès aujourd’hui des demandes au fond, ils le feront forts de l’Arrêt rendu par la cour d’Appel d’Aix en Provence le 28 février au terme du quel elle a constaté que la Société FRALIB et le Groupe UNILEVER n’a en faite jamais repris la moindre activité sur le site depuis juillet 2011.

La cour a ainsi rejeté l’argument fallacieux de la Société FRALIB et du Groupe UNILEVER selon lequel les salariés concernés étaient en grève ou n’avaient pas éxécuté leur contrat de travail..

Par ailleurs, après notre envoi à l’ensemble des députés et sénateurs de gauche, de notre projet alternatif et de notre appel à s’engager à nos côtés dans ce combat pour l’emploi et le développement industriel, nous continuons à recevoir des soutiens.

Dans ce cadre, nous vous joignons les courriers du Député PC du Nord Alain BOCQUETsans-titre, de la Députée PS de l'Isère Marie-Noëlle BATTISTELsans-titre, du Député PRG de l'Allier Gérard CHARASSEsans-titre du Député Divers Gauche de Martinique Bruno-Nestor AZERO sans-titreet du Sénateur PS de Seine Saint Denis Gilbert ROGERsans-titre

 

 

Encore et toujours :

continuons le Boycott de LIPTON !

ET DE TOUTES LES MARQUES DU GROUPE UNILEVER !!!

NOUS NE LAISSERONS PAS PARTIR LE THE DE L’ELEPHANT DE PROVENCE

Le thé de l’Eléphant est né il y a 120 ans à MARSEILLE,

L’Eléphant est Français, en Provence il doit rester.

Repost 0
Published by cgt.fralibvivra.over-blog.com
commenter cet article
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 08:09

SCOP T.I C’EST PARTI

  Sans titre-5

NOUVEAU SUCCES POUR LES SALARIES DE FRALIB

NOUVEAU REVERS POUR LE GROUPE UNILEVER

 

 Par un Arrêt du 28 février 2013, la Cour d’Appel d’Aix-en-Provence a annulé le 3e Plan de Sauvegarde de l’Emploi présenté par la Société FRALIB et le Groupe UNILEVER, ainsi que tous les licenciements intervenus.

 

 

Pendant la période du 2 septembre au 31 octobre 2011, la Société FRALIB avait privé les salariés du versement de leur rémunération, estimant de façon fallacieuse qu’ils étaient en grève ou qu’ils n’avaient pas exécuté leur contrat de travail ; et ce partant du motif selon lequel ils occupaient l’usine et empêché toute activité.

 

 

Dans la réalité, la Société FRALIB et le Groupe UNILEVER n’ont jamais repris une quelconque activité sur le site depuis le 23 juillet 2011.

 

 

Par une autre décision rendue le même jour, c’est-à-dire le 28 février 2013, la Cour d’Appel, confirmant une Ordonnance du Conseil de Prud’hommes de Marseille en date du 15 décembre 2011 a rétabli les salariés dans leurs droits.

 

Sans-titre-4.jpg  Sans-titre-2.jpg

HUMA1-4.jpg

 

 

Il s’agit d’une nouvelle victoire des salariés de la Société FRALIB dans leur légitime combat.

 

 

Par ailleurs, après notre envoi à l’ensemble des députés et sénateurs de gauche, de notre projet alternatif et de notre appel à s’engager à nos côtés dans ce combat pour l’emploi et le développement industriel, nous continuons à recevoir des soutiens.

 

Dans ce cadre, nous vous joignons un courrier sans-titre de la Députée PS Sylviane Alaux des Pyrénées-Atlantiques et l’email sans-titrede Barbara Pompili Députée de la Somme et co-présidente du groupe écologiste .

 

 

 

Ci-joint les derniers articles de presse

 

humanite2010 logo   logo-copie-1   logo-copie-1      sans-titre    France Info

 

les-echos 

 

A voir également les liens ci-dessous :

Le journal du 19/20 de France 3 Méditerranée de ce soir mardi 5 mars à partir de 6:39

logo france3

 

Le journal du 13h00 de TF1 d’aujourd’hui mardi 5 mars à partir de 4:30

TF1

 

 

 

Encore et toujours :

continuons le Boycott de LIPTON !

ET DE TOUTES LES MARQUES DU GROUPE UNILEVER !!!  

   

NOUS NE LAISSERONS PAS PARTIR LE THE DE L’ELEPHANT DE PROVENCE

Le thé de l’Eléphant est né il y a 120 ans à MARSEILLE,

L’Eléphant est Français, en Provence il doit rester.

Repost 0
Published by cgt.fralibvivra.over-blog.com
commenter cet article
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 21:19

NOUVEAU SUCCES POUR LES SALARIES DE FRALIB

NOUVEAU REVERS POUR LE GROUPE UNILEVER 

 

 

Par un Arrêt du 28 février 2013, la Cour d’Appel d’Aix-en-Provence a annulé le 3e Plan de Sauvegarde de l’Emploi présenté par la Société FRALIB et le Groupe UNILEVER, ainsi que tous les licenciements intervenus.

 

Pendant la période du 2 septembre au 31 octobre 2011, la Société FRALIB avait privé les salariés du versement de leur rémunération, estimant de façon fallacieuse qu’ils étaient en grève ou qu’ils n’avaient pas exécuté leur contrat de travail ; et ce partant du motif selon lequel ils occupaient l’usine et empêché toute activité.

 

Dans la réalité, la Société FRALIB et le Groupe UNILEVER n’ont jamais repris une quelconque activité sur le site depuis le 23 juillet 2011. .

 

Par une autre décision rendue le même jour, c’est-à-dire le 28 février 2013, la Cour d’Appel, confirmant une Ordonnance du Conseil de Prud’hommes de Marseille en date du 15 décembre 2011 a rétabli les salariés dans leurs droits.

 

Il s’agit d’une nouvelle victoire des salariés de la Société FRALIB dans leur légitime combat.

Repost 0
Published by cgt.fralibvivra.over-blog.com
commenter cet article
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 22:42
ELUS ET REPRESENTANTS AU COMITE D’ENTREPRISE FRALIB, UL CGT D’AUBAGNE, UD CGT 13, FNAF-CGT

Gémenos le 4 mars 2013

 

 

UNE NOUVELLE GRANDE VICTOIRE  

 

La démonstration est une nouvelle fois faite que la lutte paie.

L’Arrêt rendu par la Cour d’Appel d’Aix en Provence le 28 février 2013, est très clair.

Le 3ème plan de Sauvegarde de l’Emploi, présenté par la Direction de FRALIB et le groupe UNILEVER est annulé ainsi que les licenciements intervenus.

FRALIB et le Groupe UNILEVER ont été battus !

Ils ont été mis une nouvelle fois en échec dans leur volonté de fermer notre site. C’est une grande victoire dans la lutte que nous menons depuis plus de deux ans pour maintenir nos emplois et notre activité industrielle.

 

Unilever doit assumer ses responsabilités.

Plutôt que de critiquer la décision de justice rendue, FRALIB et UNILEVER auraient été mieux inspirés de respecter la loi plutôt que frauder et la détourner comme ils l’ont fait !

Plutôt que de persister dans le mensonge en prétendant que 76% des salariés ayant été licenciés auraient une solution, il ferait mieux d’assumer enfin maintenant pleinement ses responsabilités au lieu des moyens dérisoires qu’il a mis en oeuvre dans le cadre de la revitalisation et s’opposant par ailleurs de façon constante et injustifiée au projet de coopérative initié par les salaries.

UNILEVER doit maintenant se rendre à l’évidence !

Suite à l’Arrêt rendu par la Cour d’Appel d’Aix en Provence le 17 novembre 2011 qui avait annulé le 2 ème PSE, FRALIB et le Groupe UNILEVER avaient initié une troisième procédure que nous venons de mettre en échec.

FRALIB et le Groupe UNILEVER avaient pu bénéficier de la complicité de Sarkozy et de son gouvernement qui leur à permis d'agir en toute impunité. Aujourd'hui la justice les rappelle à l'ordre.

Depuis le 6 mai 2012, UNILEVER a perdu ses complices et alliés !!

 

 Monsieur HOLLANDE, le temps est venu.

François HOLLANDE et le gouvernement doivent maintenant être conséquents, et faire vivre leur volonté affichée d’être aux côtés des salariés de FRALIB.

Ils doivent prendre toutes les dispositions pour que soit donné toutes les suites concrètes au plan politique, économique et social à l’Arrêt rendu par la Cour d’Appel d’Aix en Provence et faire sauter « le verrou d’UNILEVER » qui bloque toute solution alternative à la fermeture du site.

 

Les experts du Comité d’Entreprise ont confirmé la viabilité et la rentabilité de notre entreprise, nous voulons relever le défi comme nous l’avons fait jusqu’ici avec détermination et courage, autour de notre projet alternatif qui est la seule solution sérieuse et crédible pour le maintien de notre activité industrielle et nos emplois.

 

Le combat pour la poursuite de l’activité de production et de conditionnement de thé et d’infusions sur le site de Gémenos, le maintien de la marque « Eléphant » implantée depuis 120 ans en Provence et commercialisée uniquement en France, des tonnages de production en sous-traitance, sont des exigences qu’il faut maintenant concrétiser.

Cela impose qu’UNILEVER assume toutes ses responsabilités.

 

UNILEVER en a les moyens et doit les mettre en oeuvre pour garantir le maintien de l'activité et des emplois!!!!

 

L’Etat en a la responsabilité !!!

 

Nous allons continuer à lutter comme nous l’avons fait depuis 888 jours pour faire aboutir nos revendications,

 

Pour cela, nous serons au rendez-vous,

demain mardi 5 mars 2013 à MARSEILLE 10 H 30 au Vieux Port!!!

L’invalidation obtenue par les FRALIB du « 3ème PSE !» est un formidable coup de fouet pour réussir cette manifestation, pour défendre le Code du Travail et les garanties sociales.

Nous pouvons les faire reculer, la preuve par le combat des FRALIB !

   

Repost 0
Published by cgt.fralibvivra.over-blog.com
commenter cet article
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 22:33

 

 

fnaf logo

LES PATRONS CASSENT L’EMPLOI ET LA QUALITÉ DES PRODUITS

 

 

L’agriculture et l’industrie agroalimentaire constituent des secteurs essentiels à notre économie nationale qui sont bradés sur l’autel de la « concurrence libre et non faussée », véritable dogme imposé par les sociétés transnationales dont l’Europe se fait le chantre. En acceptant d’inscrire l’agriculture dans les négociations de l’OMC, les dirigeants européens, qu’ils soient de droite ou sociaux-démocrates, ont bradé notre agriculture aux exigences du grand capital et des USA, démantelant de façon systématique toute la Politique Agricole Commune qui était notamment basée sur la préférence communautaire. Le patronat de l’industrie agroalimentaire, celui de l’agrochimie et de la distribution, ont ainsi privilégié, dans le seul but d’accroître leurs profits, l’approvisionnement au moindre coût, au mépris de la qualité des produits, organisant des trafics à grande échelle avec pour conséquence la multiplication des crises sanitaires, comme cela vient, une énième fois, d’être révélé par le scandale des « lasagnes à la viande de cheval ». Une nouvelle fois, des milliers d’emplois sont menacés.

Les milieux dirigeants de l’agriculture ont accompagné ces politiques et imposé leurs choix qui ont pour conséquence la concentration des exploitations, l’utilisation irrationnelle des terres, le productivisme et l’intégration européenne, la soumission de l’agriculture aux intérêts des multinationales de l’agroalimentaire, de la chimie et de la distribution. Notre souveraineté et notre indépendance alimentaires sont remises en cause. Les conséquences sociales de ces politiques se mesurent par les restructurations et fermetures d’entreprises, la perte de dizaines de milliers d’emplois dans l’agriculture et l’industrie, la réduction constante du nombre d’exploitations agricoles.

 

Non à la flexisécurité, le 5 mars

L’accord du 11 janvier 2013 sur la flexisécurité, signé par le Medef et la CFDT, la CGC, la CFTC, vise à accompagner les politiques patronales. En dynamitant le code du travail, il permet aux employeurs de baisser les salaires, licencier les salariés, imposer toujours plus de flexibilité pour toujours plus de profits. Le gouvernement veut inscrire ce recul social dans la loi. La CGT s’oppose à une telle logique et appelle l’ensemble des salariés le 5 mars à une journée nationale de mobilisations, de grèves et de manifestations contre cet accord scélérat.

Les salariés de Fralib, Pilpa, Val d’Aucy, Chocolaterie de Dijon, Fraisnor, Pic’Or… en défendant leurs usines, leurs emplois, font la démonstration, à partir de propositions concrètes, qu’une autre politique en rupture avec le système capitaliste est possible.

 

  

Lors de la campagne pour les élections aux Chambres d’agriculture, notre fédération a mis en avant des propositions concrètes pour une politique agricole nationale, créatrice d’emplois, respectueuse de l’environnement, structurante pour l’aménagement du territoire, assurant un approvisionnement stable des populations en produits agricoles et alimentaires à des prix socialement acceptables, s’inscrivant dans la solidarité internationale. La prise en compte des revendications sociales des salariés agricoles est essentielle pour atteindre ces objectifs. C’est ce qu’ont clairement signifié les salariés de la production agricole qui ont, avec 36 % des voix, confirmé la CGT comme premier syndicat.

 

Urgence : augmenter les salaires

La revalorisation des salaires et du pouvoir d’achat est une nécessité sociale et économique. 80 % des salariés de l’agriculture sont payés au Smic, alors que les qualifications mises en oeuvre, notamment par l’utilisation de produits phytosanitaires, la mécanisation, la conduite informatique des élevages par exemple, ne cessent de s’élever. Dans les industries agroalimentaires, les salaires sont inférieurs de 15 à 20 %, comparés au reste de l’industrie comme le souligne une étude de l’INRA. La revendication d’un salaire minimum professionnel à 1 850 € et la reconnaissance des qualifications dans de véritables grilles hiérarchiques de salaires répondent à cette nécessité.

L’espérance de vie des salariés de nos professions est en moyenne inférieure de 6 ans à celle d’autres catégories socioprofessionnelles, notamment du fait des mauvaises conditions de travail, de l’utilisation des produits phytosanitaires souvent sans réelle information sur leur dangerosité et sans réelle formation. Notre revendication d’un accès gratuit à la santé, de l’amélioration des conditions de travail et d’une retraite à 55 ans sont des exigences sociales massives.

Pour des avancées sociales et progressistes

Le développement de l’agriculture et de l’agroalimentaire, la reconquête de notre souveraineté alimentaire, le renforcement de la qualité des produits et la sécurité sanitaire des aliments doivent s’appuyer sur des politiques répondant aux besoins des populations et non aux exigences de profits de quelques grands groupes qui, s’appuyant sur l’Europe, imposent de véritables carcans aux peuples. La renationalisation maitrisée de la politique agricole, la nationalisation des grands groupes de l’agroalimentaire, la maîtrise publique des filières agroalimentaires doivent permettre de reconquérir notre souveraineté alimentaire autour de la structuration de véritables filières agricoles et agroalimentaires répondant aux besoins économiques et sociaux. Les politiques impérialistes d’utilisation de l’arme alimentaire pour imposer les politiques libérales aux peuples, ouvrir les marchés pour leurs sociétés transnationales sont directement responsables de la malnutrition, de la faim qui touchent 1 milliard d’êtres humains dans le monde. De par ses atouts agricoles, notre pays s’honorerait d’impulser des formes de coopérations internationales mutuellement avantageuses, respectant le droit à la souveraineté alimentaire des peuples, répondant aux revendications sociales des salariés de nos professions. Engager résolument des politiques en rupture avec les logiques capitalistes de recherche du profit, en donnant des droits nouveaux aux travailleurs, agir pour une agriculture répondant aux besoins des peuples, c’est cela construire une agriculture sociale et progressiste.

Salon de l’Agriculture

28 février 2013

Repost 0
Published by cgt.fralibvivra.over-blog.com
commenter cet article
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 18:25

FRALIB  LA LUTTE CONTINUE 

 

photo8

 

SCOP T.I C’EST PARTI

 

  les premiers articles de presse suite à l’arrêt rendu ce matin par la Cour d’Appel d’Aix en Provence qui annule le 3ème Plan de Sabordage de l’Emploi, présenté par la Direction de Fralib et le groupe Unilever.

 

le monde         Article de AFP sans-titre      Article Regards    sans-titre Article Association pour l'Autogestionsans-titre

 

Egalement le Communiqué de presse d’aujourd’hui de Monsieur Eugène CASELLI, Président de la Communauté Urbaine de Marseille Provence Métropole et copie du courrier qu’il a adressé à Monsieur Pierre-René LEMAS Secrétaire Général de l’Elysée. sans-titre

 

 La question du Sénateur PS des Bouches du Rhône Roland POVINELLI au 1er Ministre en date du  26 février 2013sans-titre

 

Intervention CGT  CFE CGC FRALIB le 27.02.2013 devant le SENAT sans-titre

 

 

Encore et toujours :

continuons le Boycott de LIPTON !  

ET DE TOUTES LES MARQUES DU GROUPE UNILEVER !!!  

NOUS NE LAISSERONS PAS PARTIR LE THE DE L’ELEPHANT DE PROVENCE

Le thé de l’Eléphant est né  il y a  120 ans à MARSEILLE,

L’Eléphant est Français, en Provence il doit rester.

Repost 0
Published by cgt.fralibvivra.over-blog.com
commenter cet article
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 16:09
FRALIB  LA LUTTE CONTINUE
SCOP T.I C’EST PARTI
 
 
 
UNE NOUVELLE EST TRES GRANDE VICTOIRE
 
La démonstration est une nouvelle fois faite que la lutte paye.
L’arrêt rendu par la Cour d’Aix en Provence  ce matin, est très clair.
Le  3ème plan de Sauvegarde de l’Emploi, présenté par la Direction de Fralib et le groupe Unilever est sans valeur.
Il prononce la nullité de tous les licenciements des salariés effectués dans le cadre du projet de fermeture de notre usine de Gémenos.
La Direction a une nouvelle fois été battue.
  
Encore et toujours :
continuons le Boycott de LIPTON !  
ET DE TOUTES LES MARQUES DU GROUPE UNILEVER !!!
NOUS NE LAISSERONS PAS PARTIR LE THE DE L’ELEPHANT DE PROVENCE
Le thé de l’Eléphant est né  il y a  120 ans à MARSEILLE,
L’Eléphant est Français, en Provence il doit rester.
 
Repost 0
Published by cgt.fralibvivra.over-blog.com
commenter cet article

Présentation

  • : cgt.fralibvivra.over-blog.com
  • Contact

Contact SCOP-TI

 

Gérard CAZORLA :

email : gerard.cazorla@scop-ti.com Tel : 0688586127 ou 0442325304

Marc Decugis :

email : marc.decugis@scop-ti.com  Tel : 0666556115

Olivier Leberquier :

email : olivier.leberquier@scop-ti.com Tel : 0688167736 ou 0442325361

Recherche

Film des Fralib en vente pour la solidarité

pot de thé

Comité national de soutien des Fralib

Sans titre-1 copie

Clic sur l'image

 

comitedesoutienfralibvivra@fnafcgt.fr

Adresse postale :

- BOURSE DU TRAVAIL 
- Force et bon thé  
- cours Beaumont 13 400 AUBAGNE

- CCP n°1984975w029 - 

IBAN : FR03 2004 1010 0819 8497 5w02 969

- BIC:PSSTFRPPMAR

Une solution alternative

ELEPHANT 
COMITE D'ENTREPRISE FRALIB GEMENOS
CGT-CFE/CGC

ETUDE ECONOMIQUE, POUR UNE SOLUTION ALTERNATIVE,
INITIE AVEC L'AIDE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES,

Synthèse du Rapport d'étape.

 

La décision de fermer notre site est un scandale.

 

Le site est rentable, les conditions existent pour poursuivre une activité, et maintenir nos emplois.

 


 

 

clic ici pour lire l'article

 

 

Affiche Boycott Lipton

LIPTON-FRALIB